Les États-Unis pourraient lancer le visa numérique d’ici 2025

Partager cet article:

Après le succès du programme pilote, les États-Unis envisagent de déployer le visa numérique à l’échelle mondiale.

« Mise à jour 2023 sur le traitement des visas américains dans le monde », voici le thème de la table ronde organisée ce 28 novembre par le Centre de presse étrangère du Département d’États des États-Unis autour de la secrétaire adjointe aux services des visas du Bureau des affaires consulaires, Julie Stufft.

Durant ce briefing, Julie Stufft a fait le point sur les résultats relatifs au traitement des demandes de visas dans les ambassades américaines à l’issue de l’exercice fiscal 2023, qui s’étend d’octobre à octobre, et a dévoilé quelques améliorations à venir.

En préambule, la secrétaire adjointe aux services des visas a annoncé que les États-Unis avaient délivré 10,5 millions de visas en 2023, soit 2 millions de plus que l’objectif fixé qui était de revenir au nombre de visas approuvés avant la pandémie, à savoir 8,5 millions en 2019.

Le Département d’État précise aujourd’hui avoir fourni 8 millions de visas de visiteur pour les affaires (visa B-1) et le tourisme (visa B-2), soit plus qu’au cours de n’importe quel exercice financier depuis 2016. 600 000 visas ont été délivrés aux étudiants internationaux, 442 000 visas à des travailleurs temporaires et saisonniers, 590 000 visas non-immigrants à des travailleurs et cadres hautement qualifiés et 365 000 visas non-immigrants aux membres d’équipage des compagnies aériennes et des transports maritimes.

En 2024, l’objectif sera de réduire les temps d’attente pour un visa américain

Comme objectif pour 2024, les autorités américaines souhaitent, entre autre, réduire les temps d’attente pour le visa US.

« Évidemment, nous travaillons toujours très fort pour réduire les temps d’attente. Dans certains de nos sites à l’étranger, disons dans une poignée, nous avons encore des temps d’attente très longs, certains dépassant encore un an pour un primo-visiteur qui a besoin d’un entretien pour son visa. Nous sommes très concentrés sur le temps d’attente pour un premier entretien avec un visiteur. Nous allons profiter de cette année pour vraiment contrôler cela dans ces cinq ou six endroits où les temps d’attente sont très élevés », déclare Julie Stufft.

Mme Stufft ajoute que son service a tout de même « réalisé de bons progrès en matière de temps d’attente. Les temps d’attente moyens à l’échelle mondiale ont diminué: l’année dernière, ils étaient d’environ 200 jours en moyenne dans le monde, puis il y a quelques mois, ils étaient de 150 jours, et maintenant nous nous rapprochons de 140 jours, et ce chiffre continue de baisser. Nous sommes très enthousiastes et nous avons encore du travail à faire dans ce domaine, et nous sommes vraiment concentrés sur ces innovations qui changeront fondamentalement la façon dont nous effectuons le travail en matière de visa dans nos missions américaines à l’étranger ».

Le visa numérique pour les États-Unis généralisé en 2025 ?

La responsable du services des visas américains a profité de cette rencontre pour évoquer le développement du visa numérique, ou « visa sans papier » (paperless visa).

Julie Stufft a expliqué que les États-Unis ont récemment achevé un programme pilote de visa numérique dans leur mission diplomatique à Dublin et prévoient de le déployer progressivement à plus grande échelle.

« Il s’agit encore d’un projet pilote, donc ce n’est pas quelque chose qui va se développer l’année prochaine. Il nous faudra probablement 18 mois pour généraliser l’utilisation de ce système, voire plus, mais il est très excitant que nous ayons franchi cette première étape où nous avons effectivement vu des visiteurs arriver sans visas d’immigrant papier physique dans leur passeport », indique Julie Stufft.

Une application devrait bientôt voir le jour afin de faciliter les contrôles du visa numérique. « À terme, comme le font certains autres pays, cela nécessitera une application ou quelque chose qui permettra aux gens de montrer leur statut de visa sans papier physique dans leur passeport. Nous sommes très, très excités à ce sujet », explique Julie Stufft.

Tandis qu’il ne concernait que le visa K-1 (visa de fiancé-e) lors du projet pilote, le visa numérique sera prochainement étendu à plus de catégories de visas. « Nous avons déjà réalisé un petit projet pilote, maintenant nous allons l’étendre à d’autres types de visas. Nous avons commencé avec notre ambassade à Dublin, où nous avons essayé pour la première fois, car il y a là-bas un aéroport avec des responsables américains qui peuvent vérifier si quelqu’un montait à bord d’un avion, mais nous espérons pleinement étendre cela au niveau régional et dans le monde entier. Cela se fera pièce par pièce ».

Le visa numérique américain ne sera pas un visa électronique (e-Visa)

Lors de cette table ronde, Julie Stufft a précisé que le processus de demande de visa numérique est le même que celui actuellement pratiqué, mais qu’il n’y a simplement plus de visa physique apposé dans le passeport du requérant.

À la différence d’un visa électronique (e-Visa), un déplacement à l’ambassade ou au consulat américain, notamment pour l’entretien, sera toujours nécessaire.

« Nous n’appelons pas cela un visa électronique, comme pour l’Inde, car notre processus est identique à l’état actuel. Ce n’est pas un visa traité électroniquement, ainsi, un entretien est toujours requis par la loi. Cela permet à tout le monde d’économiser énormément d’efforts pour faire expédier ces feuilles de visa très sécurisées à tous nos postes à l’étranger, et c’est fondamentalement une façon très moderne de parler aux compagnies aériennes et aux ports d’entrée dans les aéroports », précise la responsable des visas américains.

Le visa numérique aux États-Unis, un projet de longue date selon Julie Stufft: « Honnêtement, nous voulions le faire depuis longtemps, mais nous avons désormais la pleine capacité d’envoyer des messages électroniques sur le statut de visa d’une personne, et cela va être d’une grande aide pour ces candidats à l’avenir ».

Il s’agit d’une initiative avant-gardiste de la part de l’administration Biden, qui marque donc un abandon potentiel des visas traditionnels collés sur les pages du passeport et vise à simplifier le processus de visa et à réduire la dépendance à l’égard des documents physiques.

L’introduction des visas sans papier devrait considérablement améliorer le processus de demande de visa pour les voyageurs internationaux.

L’exemption de visa ESTA est, elle, complétement numérique

Si vous prévoyez de voyager aux États-Unis pour affaires ou pour le plaisir, vous avez peut-être besoin d’une autorisation ESTA pour entrer dans le pays.

Le système électronique d’autorisation de voyage (Electronic System for Travel Authorization ou ESTA) est un procédé en ligne mis en place par le gouvernement américain pour aider à évaluer la situation des voyageurs et déterminer s’ils sont admissibles ou non à entrer aux États-Unis sans visa.

L’ESTA est accessible en ligne et la demande peut être soumise en quelques minutes. Si vous êtes un citoyen de l’un des 41 pays membres du Programme d’exemption de visa américain, vous êtes éligible à une autorisation ESTA.

La demande peut être soumise sur le site Web officiel de l’ESTA, ou depuis une application mobile, où vous devrez fournir des informations de base sur vous-même et sur votre voyage aux États-Unis. Il est conseillé de soumettre la demande d’ESTA au moins 72 heures avant votre départ pour les États-Unis pour être sûr que l’autorisation est approuvée à temps.

L’ESTA est généralement valide pendant 2 ans à compter de la date de délivrance ou jusqu’à ce que votre passeport expire, selon la première éventualité. Toutefois, l’ESTA ne vous permet pas de rester aux États-Unis pendant 2 ans. C’est une autorisation de voyage permettant des visites de 90 jours ou moins, et ne peut être utilisée que pour des voyages touristiques, commerciaux ou médicaux. Si vous avez l’intention de travailler ou d’étudier aux États-Unis, vous aurez besoin d’un visa approprié.

Il est également important de noter que même si vous avez une autorisation ESTA, et que votre voyage a été approuvé, l’officier de l’immigration à l’aéroport peut encore refuser votre admission aux États-Unis. L’ESTA ne garantit pas l’admission aux États-Unis, mais il s’agit d’un premier pas important pour s’assurer que vous êtes éligible à y entrer sans visa.

Partager cet article:

Auteur:
La rédaction de VisasNews
Fort de 30 ans d'expérience dans les démarches administratives pour les voyageurs et les professionnels du secteur touristique, VisasNews est le 1er média francophone d'informations et d'actualités sur les formalités de voyage à travers le monde.

Vous pourriez aimer:

5 réflexions au sujet de “Les États-Unis pourraient lancer le visa numérique d’ici 2025”

  1. L’application ESTA est un instrument à revoir dans les questions que ce système pose afin d’éviter des graves erreurs.
    D’origine cubaine et nationalité française j’ai visité les Etas Unis plusieurs fois dans ma longue vie, la dernière en Californie pendant un mois avec ma famille en 2019.
    J’ai introduit ma demande ESTA pour un voyage (malheureusement deja payé…) à Miami pour visiter a nombreuse famille.
    A ma grande surprise mon entrée aux USA m’a été interdite car j’avais fais un voyage à Cuba en 2014. Voyage qui s’est terminé à l’aéroport de La Habana car les autorités m’ont renvoyé à Paris dans le même avion, malgré que j’avais toutes les autorisations cubaines.Pour quoi? Car je suis un haut dirigeant du parti Cuba Independiente y Democratica y un ancien compagnon de lutte du feu le Comandante Huber Matos, ennemi juré du Castrisme.
    Le système ESTA m’a posé la question( sans preciser les dates): « avez vous visitez Cuba « , à quoi j’ai répondu naïvement « Oui ». Or une nouvelle réglementation de l’administration Biden interdit les visas pour les cubains d’origine ayant visité Cuba APRÈS 2022, or mon voyage se situait juste avant en 2014…
    J’ai du abandonner mon voyage et perdu plus de 2000$!

    Répondre

Laisser un commentaire